Favicon investisseur malin Transparent - Investir avec budget étudiant

La fiscalité des placements financiers : comment choisir les meilleures options ?

Les impôts sur les gains en capital

En effet, l’impôt sur les gains en capital est un impôt qui s’applique lorsque vous réalisez une plus-value sur un placement, c’est-à-dire lorsque vous vendez un bien (actions, obligations, bien immobilier, etc.) à un prix supérieur à son prix d’achat. La fiscalité dépend de la durée de détention du placement et de votre tranche marginale d’imposition, c’est-à-dire le taux d’imposition appliqué à votre revenu fiscal de référence.

Pour les placements de moins de 2 ans, la fiscalité est de 30% pour les gains réalisés en 2021. Pour les placements de plus de 2 ans, la fiscalité est de 19% pour les gains réalisés en 2021. Toutefois, il existe des abattements fiscaux en fonction de la durée de détention du placement :

  • Pour les placements de moins de 2 ans, l’abattement est de 6% par an.
  • Pour les placements de plus de 2 ans et de moins de 8 ans, l’abattement est de 4% par an.
  • Pour les placements de plus de 8 ans, l’abattement est de 6% par an.

Par exemple, si vous réalisez une plus-value de 10 000 euros sur un placement de 3 ans, votre abattement sera de 4% x 3 = 12%. Votre gain imposable sera donc de 10 000 euros x (1 – 12%) = 8 800 euros. Si votre tranche marginale d’imposition est de 30%, votre impôt sur les gains en capital sera de 8 800 euros x 30% = 2 640 euros.

Il est important de noter que l’impôt sur les gains en capital n’est pas le seul impôt qui s’applique aux placements financiers. Depuis 2018, les prélèvements sociaux sont également appliqués sur les gains en capital, à hauteur de 17,2% pour les gains réalisés en 2021. De plus, les intérêts et les dividendes perçus sur vos placements sont soumis à d’autres impôts (impôt sur le revenu pour les intérêts, impôt sur les sociétés pour les dividendes). Il est donc important de prendre en compte l’ensemble de ces impôts lors de votre choix de placements financiers.

Les prélèvements sociaux

Les prélèvements sociaux sont des cotisations sociales qui s’appliquent sur certains revenus et qui sont destinées à financer les dépenses de sécurité sociale (maladie, retraite, chômage, etc.). Depuis 2018, les prélèvements sociaux sont également appliqués sur les gains en capital réalisés lors de la vente de placements financiers.

Les prélèvements sociaux s’élèvent à 17,2% pour les gains réalisés en 2021. Ils sont prélevés en plus de l’impôt sur les gains en capital et sont donc cumulatifs avec celui-ci.

Par exemple, si vous réalisez une plus-value de 10 000 euros sur un placement de 3 ans et que votre tranche marginale d’imposition est de 30%, votre impôt sur les gains en capital sera de 2 640 euros (10 000 euros x 30% x (1 – 4% x 3)). Les prélèvements sociaux s’élèveront à 17,2% x 10 000 euros = 1 720 euros. Au total, vous devrez payer 4 360 euros d’impôts et de prélèvements sociaux sur votre gain de 10 000 euros.

Il est important de noter que les prélèvements sociaux ne s’appliquent pas à tous les placements financiers. Par exemple, les intérêts perçus sur les livrets d’épargne ou les obligations sont exonérés de prélèvements sociaux. De même, certains dispositifs fiscaux peuvent permettre de bénéficier d’une exonération de prélèvements sociaux, comme les PEA (Plan d’Épargne en Actions) ou les SCPI (Société Civile de Placement Immobilier). Il est donc important de se renseigner sur la fiscalité applicable à chaque type de placement avant de prendre une décision d’investissement.

Découvrez les différents avantages fiscaux possibles - L'investisseur Malin

Les intérêts et dividendes

Les intérêts perçus sur les placements 

Les intérêts perçus sur vos placements sont des gains financiers que vous réalisez en investissant de l’argent dans des produits financiers tels que des comptes d’épargne, des obligations, des actions, des fonds communs de placement ou des contrats de capitalisation. Ils représentent la rémunération que vous recevez pour avoir mis votre argent à disposition de l’émetteur de ces produits financiers. Les taux d’intérêt varient en fonction du type de placement et du risque encouru. Plus le risque est élevé, plus les taux d’intérêt sont généralement élevés afin de compenser le risque de perte en capital. Il est important de se renseigner sur les différents produits financiers disponibles et de comprendre les risques et les rendements potentiels avant de décider où investir votre argent.

Dividendes perçus sur les actions

Les dividendes perçus sur vos actions sont en effet soumis à l’impôt sur les sociétés dans certains cas. L’impôt sur les sociétés est un impôt sur les bénéfices réalisés par les entreprises. Si vous possédez des actions de sociétés cotées en bourse et que vous percevez des dividendes sur ces actions, ces dividendes sont imposables au taux de l’impôt sur les sociétés. Toutefois, il est important de noter que dans certains cas, les dividendes peuvent être exonérés d’impôt sur les sociétés, notamment lorsqu’ils sont versés par une société française et que vous êtes un particulier résident fiscal français. Dans ce cas, les dividendes sont soumis aux prélèvements sociaux et peuvent être imposables dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers selon votre taux d’imposition. Il est recommandé de consulter un professionnel de la fiscalité ou de vous renseigner auprès de l’administration fiscale pour connaître les modalités d’imposition des dividendes en fonction de votre situation personnelle.

Les dispositifs fiscaux

Effectivement, les dispositifs fiscaux peuvent être avantageux pour certains placements et permettre de réduire le montant de l’impôt sur les revenus ou de bénéficier de réductions d’impôt. Voici quelques exemples de dispositifs fiscaux qui peuvent être applicables aux placements :

  • Le Plan d’Épargne en Actions (PEA) est un compte d’épargne dédié aux investissements en actions de sociétés cotées en bourse. Les plus-values réalisées sur les actions détenues dans un PEA sont exonérées d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux sous certaines conditions.
  • Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) permettent d’investir dans un patrimoine immobilier diversifié en achetant des parts de SCPI. Les revenus perçus sous forme de loyers sont imposables dans la catégorie des revenus fonciers, mais il est possible de bénéficier de réductions d’impôt grâce au dispositif Pinel, qui permet de défiscaliser une partie de l’investissement en échange d’une engagement de location de l’immobilier acheté.
  • Le Plan d’Épargne en Actions de la Société (PEAS) est un compte d’épargne dédié aux investissements en actions de la société dans laquelle vous travaillez. Les plus-values réalisées sur les actions détenues dans un PEAS sont exonérées d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux sous certaines conditions.
  • Le Compte Épargne Logement (CEL) est un compte d’épargne dédié à l’achat d’une résidence principale. Les intérêts perçus sur un CEL sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux sous certaines conditions.

Il est important de noter que chaque dispositif fiscal a ses propres conditions d’application et qu’il est recommandé de se renseigner auprès d’un professionnel de la fiscalité ou de l’administration fiscale pour connaître les modalités d’application en fonction de votre situation personnelle.

En résumé

La fiscalité des placements financiers dépend du type de placement et du régime fiscal auquel il est soumis. Voici quelques éléments à prendre en compte :

  • Les intérêts perçus sur les comptes d’épargne et les obligations sont imposables dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers.
  • Les plus-values réalisées sur les actions et les parts de sociétés non cotées en bourse sont imposables dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers.
  • Les loyers perçus sur un bien immobilier sont imposables dans la catégorie des revenus fonciers.
  • Certaines réductions d’impôt sont possibles selon le dispositif fiscal choisi et les conditions d’application. Par exemple, il est possible de bénéficier de réductions d’impôt grâce au dispositif Pinel en investissant dans des Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI).

Il est important de noter que la fiscalité des placements financiers peut être complexe et qu’il est recommandé de se renseigner auprès d’un professionnel de la fiscalité ou de l’administration fiscale pour connaître les modalités d’imposition en fonction de votre situation personnelle.

Inscrivez-vous à la newsletter

Voir les

autres articles

L’investisseurMalinTout le monde commence quelque part

Mes investissements

Mes investissements en cours

Actualités

FAQ

Contact