Favicon investisseur malin Transparent - Investir avec budget étudiant

Les ETFs thématiques, la nouvelle arnaque ?

De plus en plus populaires, les ETF thématiques sont en train de faire leur chemin dans la plupart des portefeuilles des investisseurs. Après tout, personne ne veut rater les trains du futur et tout le monde veut une part des gâteaux futuristes qui sont le cannabis, les énergies vertes, la cybersécurité, la blockchain, l’intelligence artificielle et j’en passe. En cause le marketing bien huilé des créateurs d’ETF à base de grosse hype et d’influenceurs trop jeunes pour avoir le permis. Aujourd’hui dans cet article, on va voir pourquoi ces ETF sont les pires investissements qui existent et pourquoi autant brûler ton argent.

Qu’est-ce qu’un ETF ?

Pour bien comprendre cet article, il faut d’abord comprendre que le monde des ETF est globalement divisé en deux catégories. Ceux qui tiennent le pistolet chargé et ceux qui creusent. Pardon, ceux qui suivent de grands indices passivement à faibles coûts afin d’offrir une diversification aux investisseurs et ceux qui sont plus spécialisés,  qu’on appelle ETF thématiques et qui vont suivre activement des tendances populaires pour des frais plus élevés que ceux des ETF passifs.

Les différentes catégories d’ETF

Les ETF de la catégorie 1 sont les traditionnels ETF qui vont répliquer le SP500, le CAC40,  les pays émergents, le secteur immobilier etc. Les ETF de la catégorie 2 sont les ARKK Innovation de Cathie Wood, les ETF Green Energy, les ETF Robotics, les ETF Water etc.

Ces derniers ont un attrait compréhensible, car il est très facile d’avoir un engouement et de s’exciter autour de la génomique. Par exemple un nouveau domaine de la biotechnologie qui consiste à utiliser des cartes génétiques et le séquençage de l’ADN avec le potentiel de révolutionner la médecine et de sauver des millions de vies. De nouvelles technologies comme celles-ci s’accompagnent souvent d’une histoire fascinante et facile à comprendre. Sauf que les bonnes histoires ne sont pas souvent les plus rentables, surtout comparées au risque pris par les investisseurs. 

Les performances des ETF

Commençons alors en jetant un oeil aux performances historiques de ces ETF. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’investissement thématique n’est pas quelque chose de nouveau. A chaque décennie, son lot de thèmes à la mode. L’électronique dans les années 60. La tech japonaise dans les années 70. La biotech dans les années 80. Internet dans les années 90. Le mobile dans  les années 2000. Le cannabis dans les années 2010. Quelques années plus tard, la quasi totalité des actions évoluant dans ces niches “du futur” ont aujourd’hui soit disparu soit à la recherche d’une  bouffée d’oxygène à l’instar de Canopy Growth, spécialiste du cannabis médical.

Mais revenons aux ETF. Dans une excellente étude appelée La concurrence à l’attention  dans l’industrie des ETF, les auteurs ont comparé les performances historiques entre tous les ETF américains créés entre 1999 et 2019,  qu’il soit généraux ou thématiques et les résultats sont sans appel. 

Les ETF thématiques sous-performent les marchés 

en moyenne de 4 % par an ajusté au risque au moins 5 ans après leur création. Là où les 

ETF généraux en bleu vont à peu près suivre les marchés quoi que légèrement en dessous à cause de l’effet naturel des frais de gestion. Les ETF thématiques en rouge sont en moyenne à – 30 % par rapport aux marchés après 5 ans. Alors bien sûr, ce sont des moyennes et tu trouveras toujours des ETF thématiques qui font mieux que 

les autres. Mais généralement, pas pour longtemps. Le SP500 est à + 57 % sur les 5 dernières années. Tandis que le plus gros ETF thématique au monde, l’ARK Innovation géré par Cathie Wood est à + 49 % après l’explosion d’une méga bulle durant la pandémie.

Le second plus gros ETF thématique est le FIRST TRUST INTERNET et affiche une performance négative de – 46 % sur les 5 dernières années. Le troisième est l’ARK GENOMIC REVOLUTION qui affiche une performance brute identique au SP500 mais réellement inférieur quand on ajuste au risque, qu’on prend en compte les frais et qu’on assume que  l’investisseur survit psychologiquement à la grosse bulle de la pandémie.

Un ETF à la mode qui semble tirer son épingle du jeu, c’est l’ETF ISHARES GLOBAL CLEAN ENERGY avec une incroyable performance de + 121 % sur les 5 dernières années mais quand tu liras sur plus long terme, ça passe au rouge avec une décennie complètement perdue où l’ETF n’a rien fait. 

Pourquoi les ETFs sont-ils toujours aussi plébiscités alors ?

Malgré ce constat, l’argent continue d’affluer de plus en plus vers les ETF thématiques de la part des investisseurs particuliers à cause de l’intérêt croissant pour un investissement répondant à leur valeurs individuelles, leur vision de l’avenir et leurs convictions. Car ce que fait un ETF thématique, c’est te vendre une histoire à laquelle tu adhères sans que tu es nécessairement pris conscience des risques. Un premier indicateur du niveau de risque qui peut pourrait nous dire de faire attention, c’est lorsqu’on compare la popularité de ces ETF chez les particuliers et chez les investisseurs institutionnels. 

Dans la même étude citée plus tôt, les auteurs nous montrent que les institutionnels à gauche  sont beaucoup plus exposés aux ETF traditionnels en bleu qu’aux ETF thématiques en rouge.

Les ETFs uniquement pour les particuliers ?

Alors que c’est le contraire sur le courtier Robinhood, représentant les particuliers, où les ETF thématiques sont beaucoup plus achetés que les traditionnels. Le fait que les institutionnels boudent les ETF thématiques alors qu’ils sont beaucoup mieux informés que les particuliers montrent que ces ETF sont dédiées aux foules qui collectivement sont des moutons. Nous sommes tous collectivement  des brebis. Et nous ne voyons pas les détails du fonctionnement de ces ETF qui investissent généralement dans des petites actions, moins rentables et plus chères que le reste. Trois aspects typiques d’une grande volatilité. 

Dans une étude comparative de Morningstar entre les ETF thématique et le marché général américain, on voit bien que sur les 10 dernières années, la performance annuelle des ETF thématiques est inférieur au marché tout en ayant un écart type plus élevé et un rapport risque / rendement deux fois moins intéressant que le marché. Pire, ces calculs ne prennent en compte que les fonds thématiques encore existants. 

Quelles sont les réelles performances des ETFs thématiques ?

Quelles sont les réelles performances des ETFs thématiques ?

Ils ne montrent pas les performances des fonds qui ont été supprimés. Car ce que personne ne va te montrer, c’est ce graphique qui indique la part de fonds surperformant le marché, sous-performant le marché et la part des fonds supprimés 1 an,  3 ans, 5 ans, 10 ans et 15 ans après le lancement d’un ETF thématique. Et on voit qu’en moyenne, 5 ans après leur lancement, 39 % des ETF  thématiques surperforment le marché. 30 % sous performent et 31 % sont supprimés. Après 10 ans,  20 % continuent de surperformer, 30 % continuent 

de sous-performer et 50 % sont supprimés. Et après 15 ans, seulement 10 % ont 

survécu et surperforment le marché. 15 % ont survécu et sous-performent le marché 

et plus des trois-quart n’existent même plus. Ca fait froid dans le dos mais la réalité est 

qu’en investissant dans un ETF thématique avec une optique long terme, tu as peu de chances que ton ETF existe encore dans quelques années  et s’il survit, tu as encore moins de chances qu’il surperforme les marchés.

Pourquoi les ETFs thématiques sont de mauvais investissements ?

Maintenant qu’on a vu les performances historiques et les risques, il faut répondre à la question que tout le monde se pose qui est pourquoi ces ETF thématiques sont de 

si mauvais investissements alors que de l’extérieur ils ont tout pour exploser en surfant sur une méga tendance du futur. En fait, le problème est triple. Il y a 3 raisons qui expliquent pourquoi ces types  d’ETF vont naturellement faire des dégats dans ton portefeuille. 

Premier raison: les frais !

Premièrement, les frais. Là où un simple ETF Lyxor PEA SP500 va prendre  0,15 % de frais de gestion annuel, l’ETF Lyxor PEA Eau en prendre 0,6 %, soit 4 fois plus. C’est encore pire aux Etats-Unis où un simple ETF Vanguard S&P 500 va prendre 0,03 % de frais, là où l’ETF ARK Innovation va en prendre 0,75 %. Globalement, les ETF thématiques sont les plus chers à acheter. Ils sont  plus chers que les ETF factoriels, les ETF sectoriels et les ETF généraux. Et  de la même manière que les dividendes

les frais se cumulent et se composent. Donc sur long terme, un frais élevé 

peut être seul responsable de la sous-performance d’un fond. 

Deuxième raison : une double concentration  

La concentration et elle est double. D’abord, le fond en lui-même est concentré 

sur une niche en particulier. Un ETF Cannabis est comme son nom l’indique un ETF exclusivement orienté sur le cannabis. Tu as beau être super motivé par les perspectives de cette niche, ni toi, ni les autres investisseurs ne contrôlent la demande mais plutôt les utilisateurs finaux. Aussi génial que ça soit vendu, personne ne peut vraiment prédire comment va évoluer un marché. En investissant dans un ETF thématique, tu alloues 

une partie ou l’intégralité de ton argent pour les plus fous, dans une niche très concentrée 

avec très peu voire aucune diversification. Deuxième type de concentration, c’est la concentration d’une grande partie des actions des petites entreprises entre les mains de 

quelques fonds ou baleines dans le jargon crypto. Le fond ARK de Cathie Wood détient par 

exemple 14 % des actions en circulation de Compugen. Cet actionnariat concentré sur un seul ETF signifie que les cours  des actions peuvent être soumis aux caprices des investisseurs du fond. Il suffit qu’un certain nombre d’investisseurs se désinvestissent de l’ETF ARK pour que le cours de l’action Compugen s’écroule, écroulant avec lui l’ETF lui-même dans une spirale infernale.

Troisième et dernière raison : des performances faibles

Les pauvres performances des ETF thématiques et c’est d’ailleurs la principale raison qui est que lorsque les ETF sont créés et lancés sur le marché, il est déjà trop tard d’investir sur la thématique ciblée. Je m’explique. Un émetteur d’ETF comme Lyxor ou Blackrock ne créé jamais la  demande pour une certaine thématique mais plutôt l’inverse, il va créer un ETF pour  répondre à une demande des investisseurs déjà existante pour capitaliser dessus. L’émetteur va voir par exemple que les actions de la robotique sont en train d’exploser, que tout le monde en parle, que les médias en parlent, que le FOMO est à son comble et donc il va décider de lancer un ETF Robotique pour surfer sur la vague. Le problème est qu’au moment où l’émetteur décide de créer cet ETF, la vague et les prix des actions sont déjà au 

plus haut. Ajouter à ça le temps des formalités, de la mise en place, et du lancement de l’ETF sur les marchés, il faut encore compter quelques mois. Donc le moment où l’ETF est disponible à l’achat, c’est déjà trop tard. Les actions composant l’ETF ont beaucoup plus de chances de dégonfler  après la hype que de continuer à exploser. Il y a donc un petit coté investissement démodé. C’est bien ce qu’on voit sur ce graphique qui compare les performances moyennes de chaque type  d’ETF après son lancement. On voit bien dans le cas des ETF thématiques, ils ratent le pic  de hype de leur thématique et ils commencent à s’écrouler pile au moment où ils sont introduits. 

Les etfs thématiques des performances faibles - l'investisseur malin

Quelle est la grande question qui nous vient à l’esprit après toutes ces informations ?

Tout ce qu’on vient de voir dans cet article nous pousse vers une deuxième question qui nous brûle les lèvres : avec un si mauvais historique global, pourquoi les émetteurs de fonds s’entêtent à continuer à créer des ETF thématiques ? La réponse est simple et sans naïveté : l’argent. 18 % des ETFs existants sont des ETF thématiques  et malgré leur faible poids, ils génèrent 36 % des revenus des émetteurs de fonds grâce à leurs frais élevés. En gros, les ETF thématiques sont les vaches à lait des Blackrock, Amundi et compagnie. Ils n’ont donc aucun intérêt à arrêter d’en faire même s’ils savent pertinemment que leurs clients ne gagneront pas plus d’argent en payant plus de frais, au contraire, ils en perdront probablement.

Pour conclure cet article de blog en une phrase, celle-ci serait : n’achète pas des conneries ! 

Comme on l’a vu, les ETF thématiques sont globalement de terribles investissements, en tout cas pour les investisseurs, pas pour leurs créateurs. Tu as d’ailleurs remarqué que je 

n’ai pas précisé les thématiques  en elles-mêmes mais les ETF qui surfent sur ces thématiques qui  de par leur constitution et leur fonctionnement sont médiocres.

Si tu es convaincu qu’une certaine thématique est l’avenir, je pense qu’il est préférable 

de prendre le temps de faire tes propres recherches et de sélectionner directement des actions de convictions.

Une personne qui a acheté Amazon et Google en 1998 s’en est beaucoup mieux sorti  qu’un mec qui a acheté un ETF Internet à la même époque pour la simple et bonne raison que 90 % des ETF Internet de l’époque n’existent plus aujourd’hui.

Si t’es chaud pour commencer à investir, je te recommande le courtier sans commission  trade république qui t’offre une action complètement gratuite et qui peut valeur jusqu’à 100 € en utilisant le code promo XXXX.

Si tu préfères ouvrir un PEA je te recommande la plateforme française Bourse Direct qui te permet d’avoir les frais les moins élevés. De plus l’interface a été refondue et est maintenant beaucoup plus simple d’utilisation. De plus en passant par mon lien tu peux avoir une prime de 50€ de bonus à l’ouverture de ton compte.

Si tu souhaites te renseinger sur ces plateformes je t’ai fais des pages de présentation.

Inscrivez-vous à la newsletter

Voir les

autres articles

Réussir votre stratégie d'affiliation marketing - L'investisseur Malin

Conseils pour faire de l’affiliation marketing

Avant de plonger dans le marketing d’affiliation, il est important de considérer quelques points clés. Il s’agit notamment de construire une communauté autour de votre

5 idées d'investissement en 2022 - L'investisseur Malin

5 idées d’investissements pour 2022

Si vous cherchez à investir pour les meilleurs rendements au cours des deux prochaines années, vous devez réfléchir à ce à quoi investir. Heureusement, il

L’investisseurMalinTout le monde commence quelque part

Mes investissements

Mes investissements en cours

Actualités

FAQ

Contact